Neck pillow
Vue de l'exposition
Neck pillow
Vue de l'exposition
Untitled (Pencil), 2016
Dave HARDY
Untitled (Pencil), 2016
Mousse polyurethane, aluminium, verre, ciment, encre, colorant, argile, crayon
40 x 30 x 15 cm
Pièce unique
Six, 2016
Dave HARDY
Six, 2016
Mousse polyurethane, verre, ciment, encre, baton de colle, noix de coco
151 x 41 x 34 cm
Pièce unique
Blue wall, 2017
Dave HARDY
Blue wall, 2017
Mousse polyurethane, verre, ciment, peinture, bois, stylo
43 x 32 x 13 cm
Pièce unique
Chock, 2016
Dave HARDY
Chock, 2016
Mousse polyurethane, verre, ciment, encre, adhésif, cale caoutchouc
140 x 53 x 25 cm
Pièce unique
Blue Back, 2016
Dave HARDY
Blue Back, 2016
Mousse polyurethane, verre, ciment, aluminium, peinture, colorant, pate à modeler, marqueurs, stylo, bois
120 x 51 x 26 cm
Pièce unique
Cernuous, 2017
Dave HARDY
Cernuous, 2017
Mousse polyurethane, verre, ciment,aluminium,peinture, bois,stylos, bretzel,colle et emballage de gomme
105 x 87 x 18 cm
Pièce unique

Neck pillow

27.04.2017 - 27.05.2017

Main space

Télécharger le communiqué de presse de l'exposition


Les sculptures de Dave Hardy procèdent de l’assemblage abstrait de matériaux industriels pour partie réemployés (pains de mousse  polyuréthane, plaques de verre, barres métalliques...) et d’objets  hétéroclites (stylos, boudins de pâte à modeler, bretzels, noix de  coco...). Imbriqués les uns dans les autres, ceux-ci composent des  structures autonomes de différentes tailles qui paraissent déroger  aux principes élémentaires de l’équilibre et de la gravité, avec  l’emphase des formes impossibles. Selon un jeu où les contradictions  dictent la règle, ses œuvres offrent leurs aberrations plastiques au  prix d’un long travail préalable de la matière, d’un ensemble de  gestes visant à faire tenir ensemble des éléments qu’a priori tout oppose, ou presque. Une large part de la manière de faire repose ainsi sur un processus rendu invisible. Engagé dans un corps à corps intense, Dave Hardy imbibe la mousse de ciment ; gorgée de liant, celle-ci est malaxée, manipulée en autant de plis voluptueux dont des exosquelettes de bois sont chargés de conserver la mise en forme, avant d’être retirés. Panneaux de verre et objets sont ensuite pressés et insérés dans la matière pendant sa rigidification, gage de la tenue finale de l’ensemble.

Extrait du communiqué de presse de Marie Chênel