Eugène Gabritschevsky Russe, 1893-1979

Eugène Gabritschevsky, né en 1895 à Moscou dans la haute aristocratie russe, connait une carrière fulgurante en tant que biologiste avant de sombrer dans la folie. Son père, bactériologiste, l’initie à la science si bien qu’Eugène devient rapidement spécialiste de renom des questions d’hérédité, travaille aux États-Unis, puis à Paris à l’Institut Pasteur. Conjointement à son activité scientifique, le jeune homme peint, à ses heures perdues, des productions d’inspiration expressionniste.

 

La révolution russe éclate et se manifestent ses premiers troubles du comportement qui le mènent 12 ans plus tard à l’hôpital psychiatrique de Haar (près de Munich) où il demeure jusqu’à son décès, en 1979. Ce qui jadis constituait une occupation du dimanche devient alors subitement une activité effrénée: durant trois décennies, il peint et dessine sans répit sur ce qui lui tombe sous la main -calendriers, magazines, circulaires administratives, etc.- au moyen de fusains, de mines de plomb, d’aquarelle et de gouache. C’est alors un univers multiple qu’il étrenne : si nombre de ses œuvres sont fantastiques, peuplées de personnages fantomatiques, étrangement inquiétants, où règne une atmosphère fascinante, plusieurs autres s’avèrent non figuratives, tachistes. Eugène aime tout particulièrement laisser une large place au hasard dans l’ensemble de sa création et s’amuse a faire apparaître des formes en passant aléatoirement une éponge ou un chiffon sur la peinture préalablement étalée, ou en usant de pliages.